Fables et métaphores comme arguments logiques du discours politique dans la Rhétorique d'Aristote

Jean-Louis Labarrière

Resumo


Aristote considère que, au sein des preuves morales, la preuve par le caractère est la plus adaptée au discours politique tandis que celle cherchant à exciter les passions des auditeurs est plus adaptée au discours judiciaire. Cette preuve (pistis), qui a pour fin de faire paraître l'orateur d'une certaine qualité, rend la harangue plus noble que le plaidoyer. Mais en ce qui concerne les preuves logiques, le plaidoyer a l'avantage du fait que, portant sur le passé, il peut user d'enthymèmes. La harangue, portant sur I'avenir, use des exemples (paradeigmata), qui sont de deux types: les exemples historiques, qui devraient être les plus forts, ou les fables et paraboles, auxquelles l'orateur a recours car l'histoire est souvent muette. C'est cette utilisation des fables qui est ici interrogée: il ne faut en user que si l'on sait apercevoir les ressemblances, trait qui caractérise celui qui sait faire des métaphores.


Palavras-chave


Aristote; rhétorique; discours politique; preuves; métaphores.

Texto completo:

PDF (Français (France))


DOI: https://doi.org/10.24277/classica.v13i13/14.486

Métricas do artigo

Carregando Métricas ...

Metrics powered by PLOS ALM

Apontamentos

  • Não há apontamentos.




Direitos autorais 2018 Jean-Louis Labarrière

Licença Creative Commons
Esta obra está licenciada sob uma licença Creative Commons Atribuição 4.0 Internacional.

 

 Classica está licenciada sob a Creative Commons Atribuição 4.0 Internacional